chers clients, comment faire un brief pour un rédacteur web

Comment briefer un rédacteur web ?

7 Avr 2020

comment briefer un rédacteur web ?

Briefer un rédacteur web, c’est le rôle des clients. Pour un rédacteur web, avoir carte blanche pour rédiger un article, c’est un GROS risque.

Le client pense toujours que le rédacteur est dans sa tête. Alors, lorsqu’il lui donne carte blanche pour créer du contenu. Il aspire en réalité à un résultat bien précis.

Évidemment, une fois sur deux, le client est déçu.

Le contenu du texte ne répond pas à ses attentes. Le fond de l’article n’est pas adapté. Le ton n’est pas juste. La forme ? N’en parlons même pas.

Conclusion : vous recevez un mail négatif. Vous doutez de vos compétences. Bye bye la confiance en soi. Vous vous demandez si ce métier est bien fait pour vous.

Mes très chers rédacteurs, vous n’êtes absolument pas responsable. Le brief, c’est le travail du client. Mais s’il n’est pas habitué, alors c’est à vous de le guider pour préparer un briefing parfait.

Quelles informations doit vous donner le client ?

• La matière à aborder dans l’article

Donner une requête ou un titre ne suffit pas.

Que veut le client dans son texte ? Quel message veut-il faire passer ? Quelles sont ses opinions sur le sujet ?

Les approches sont variées selon les personnes. Comment savoir quel parti prendre ? Comment se positionner face à la matière ?

Les clients sont des experts dans leurs domaines. Les rédacteurs pas.

De plus, le rédacteur ne sait pas intuitivement ce que le client attend sur le fond. Certains métiers sont spécifiques. La vérité est variable selon les points de vue.

Comment se positionner ?

Tout simplement, en demandant un briefing clair et complet au client. En apportant des idées, mais aussi la valeur qui déterminera l’expertise du client.

Le rédacteur n’a pas à créer l’expertise de son client. Son rôle est simplement d’exprimer cette expertise avec des mots.

Dans le cadre de mon travail de rédactrice, je demande :

  • → L’objectif de l’article : valeur — mission
  • → Les points à aborder : point de l’expertise : pourquoi et comment
  • → Les points à ne surtout pas aborder : les tabous, les dangers, etc.

• Le ton rédactionnel

Lorsqu’on rédige un texte sur le web, on s’adresse à un public cible. On le sait maintenant tous : écrire pour tout le monde, c’est comme n’écrire pour personne.

Votre client souhaite être lu.

Pour y parvenir, il doit vous informer sur le ton à utiliser. Les règles de langage sont définies selon le projet/business. Alors, adaptez-vous, mais ne prenez aucune initiative.

Ce n’est pas votre cible ni vos lecteurs. Adaptez-vous aux exigences de votre client.

Par exemple, interrogez-votre client sur la personne utilisée pour rédiger l’article :

  • → En je : pour se projeter plus facilement ;
  • → En tu : pour s’adresser a la génération Y ;
  • → À la 3e personne : pour rester neutre ;
  • → En nous : pour souligner le partage ;
  • → En vous : pour mettre une distance respectable.

Votre client connaît parfaitement sa cible. Quel message veut-il véhiculer ?

Le ton peut être formel, sérieux, drôle, maternel, amical, journalistique, etc.

Pour le faire, vous devez avoir toutes les informations.

• La structure du texte

Ne vous lancez pas dans la rédaction d’un article sans connaître les besoins de votre client. Est-ce un article de blog ? Si oui, de combien de signes ? mots ?

Le client souhaite-t-il des photos ? Si oui, combien ? De quelle qualité ?

Si cette question n’est pas abordée, vous risquez bien des surprises lors de la remise de votre travail. S’il s’attendait à un contenu rédactionnel de 300 mots, et que vous lui rendez un texte de 1200 mots, la surprise ne sera pas bonne. 

Insatisfaction du client et frustration pour vous !

Interrogez aussi votre client sur le balisage. S’y connaît-il ou devez-vous lui fournir le formatage du texte avec les balises HTML ad hoc ?

La découpe du texte est importante pour le référencement naturel. Un bon texte mal balisé est un danger pour le référencement du site. Soyez clair avec les besoins de votre client en SEO.

Soyez clair dès le début sur la structure du texte.

• La deadline – la date de remise du contenu

Si vous n’avez pas de date limite pour rendre votre travail, vous risquez fort bien de ne jamais vous y mettre.

Hello la procrastination * !

Demandez à votre client quand il souhaite publier son article. En fonction de ses besoins, anticipez la rédaction du contenu.

Prévoyez aussi les temps de relecture par le client, ainsi que les moments de correction. Ces moments de « ping-pong » entre vous et le client sont énergivores. Heureusement, ils sont énormément limités si le briefing est correctement établi.

Pensez aussi à imposer une date de remise de briefing. Hors de question pour vous de recevoir un brief la veille d’une publication. Pour rédiger correctement et efficacement selon les besoins du client, pour répondre à un objectif clair, il faut du temps.

Entre le temps d’inspiration, de créativité et d’écriture, un texte se mature.

Pensez à réaliser un planning stricte : 

  • → Date de remise du briefing ;
  • → Date de création du premier jet ;
  • → Date de livraison de la première version ;
  • → Date de retour du client avec les remarques et les retours éventuels ;
  • → Date de livraison de version finale et validation du client.

* Tous mes outils pour lutter contre la procrastination

Écrire pour le web n’est pas une sinécure.  Être rédacteur, ce n’est pas être un porte-plume. Pour du contenu de qualité, la collaboration entre les deux parties est nécessaire.

Cher client, votre job : briefer le rédacteur web qui vous accompagne.

Rédiger sans briefing, c’est avoir le libre arbitre sur tous les points. Le client a pour mission d’accompagner dans la rédaction de son contenu. Les rédacteurs professionnels savent que la qualité dépend principalement du briefing et de la relation client.

Le briefing d'un rédacteur web

Rejoignez le groupe des Freelances Inspirants sur Facebook


Rejoignez le groupe des freelances inspirants sur Facebook